Propos recueillis par Elias Sougrati à Montpellier

Entre l’écrivain et l’urbaniste il n’y a qu’un pas.

Les Florafées, c’est  l’histoire d’un pari fou : publier son livre sans passer par une maison d’édition. Les Florafées ce sont ces petites créatures hybride entre l’humain et les fleurs. Les Florafées c’est une société avec une structure urbaine définit autour d’un « village fleuri » . Entre nature et culture, l'(H)urbain discute avec Fodé Diané sur les idées (fondamentalement urbaine) véhiculées en toile de fond de ses livres pour enfants.

florafée

J’ai pu comprendre que les Florafées vivent dans le village Fleuri, et habitent dans de petites maisons  en forme de coquille d’escargot. Chaque Florafée a un nom de fleur qui laisse deviner un trait de caractère propre à chacun.  Le thème de la nature est omniprésent dans tes livres pour enfants. L’opposition entre la nature et la culture semble dépassée. La ville est vue comme un métabolisme naturel. Par ce monde que tu as crée, ne ferais tu pas passer un message aux prochaines générations ? 

Mon message est de faire prendre conscience aux enfants que tous les éléments sont réunis dans la Nature pour pouvoir s’y épanouir. Les Florafées habitent dans des colimaisons, qui ne sont que de modestes maisons en forme de coquille d’escargot. Derrière cet élément, le message est d’ordre écologique : nul besoin de détruire pour s’épanouir dans la Nature… Il suffit de prendre ce qu’elle nous donne. Les Florafées sont des humanoïdes mais pas des humains ; ces petites créatures n’ont pas la prétention de se sentir supérieures à la faune et la flore qui les entoure. Il y a une parfaite alchimie entre les Florafées et la Nature, et mon message aux prochaines générations est que nous pouvons, nous aussi, vivre en symbiose avec la Nature, sans forcément la détruire. Tous les ingrédients sont réunis dans la Nature pour que nous puissions nous épanouir.

L’acte d’écrire ne serait-il pas un brin militant ?  Entre préservation, conservation et compréhension de la nature qui nous entoure ?

L’art d’écrire est tout à fait un acte militant. Nombre d’écrivains ont été de grands militants politisés ! J’ai d’ailleurs commencé à écrire, enfant, pour dénoncer ce que je trouvais injuste du haut de mes 8-9ans… Mon militantisme est d’ordre écologique aujourd’hui. La Nature m’a considérablement donné, et m’apporte encore beaucoup aujourd’hui. Je me sens redevable envers elle, c’est pour cette raison que je la valoriser auprès de mon public. Tous les héros de mes livres, que ce soit les Florafées ou les héros de mes romans, sont très proches de la Nature. Tous mes livres font l’éloge de la Nature.
Nous nous sommes malheureusement éloignés de la Nature au cours des deux derniers siècles… À mes yeux, un divorce s’est véritablement opéré au moment de la première révolution industrielle. Aujourd’hui, conscients de ce que nous avons perdu, et du destin tragique qui nous attend si nous continuons à la détruire, nous en revenons aux sources…  Nous devons respecter ses cycles, emprunter ce qu’elle nous prête et rendre ce qu’elle nous a prêté. Comprendre la Nature c’est la préserver.

Le choix que tu fais de l’organisation spatiale de la vie des Florafées ne me semble pas anodin. Le village plutôt que la ville ? Pourquoi ce choix ?

Un village est généralement à taille humaine. Tout le monde se connaît, et les valeurs morales sont bien plus ancrées dans ces micros-sociétés que dans les villes. Dans le village, nous avons besoin des uns et des autres, dans le village nous côtoyons quotidiennement la Nature… Dans le village, nos enfants vivent et grandissent aux côtés de la Nature, voilà pourquoi ils la respectent. Qui dit village, dit quelque part utopie… Le village d’Astérix, le village des Schtroumpfs… tous ces lieux sont les terreaux de valeurs morales et humaines importantes, tout le monde cohabite en paix, et tout le monde est préservé des maux présents en « ville ».

De nos jours et dans un contexte de plus en plus urbain, pense tu que les valeurs villageoise se perdent en ville ?

Durant plusieurs décennies, les valeurs villageoises ont été négligées. Considérées comme désuètes, les citadins ont préféré créer de nouvelles « valeurs » qui étaient plus en accord avec leur mode de vie. Mais ce qui est intéressant est que depuis une dizaine d’année, il y a un retour de ces valeurs : entraide, solidarité, respect de notre cadre de vie… Nous voyons partout dans les grandes villes de louables initiatives se développer : consommer local, soutenir les petits producteurs, sensibiliser nos enfants au respect de la Nature… Toutes ces valeurs sont quelque part villageoises !

Les Florafées paraissent tous avoir des traits d’enfants ?  Qui gouverne dans ce village ? Une gouvernance peut elle prendre les traits d’une structure horizontale ?

Les Florafées sont effectivement des enfants, certains sont un peu plus âgés. Personne ne gouverne le Village Fleuri, tous les Florafées sont égaux, la gouvernance, si elle existait dans leur village, prendrait effectivement les traits d’une structure horizontale. Les Florafées se concertent toujours avant de prendre une décision qui aurait des répercussions sur le Village Fleuri et leur mode de vie.

Les urbanistes et architectes aménagent des espaces publics ou les enfants sont des usagers potentiels. Les ateliers d’urbanisme  de co-construction avec des enfants sont assez rares …  pense tu qu’il faudrait plus inclure les enfants dans le processus de création de la ville ?

Tout à fait, je pense qu’il faudrait inclure les enfants dans le processus de création de la ville, car au final tout ce que nous créons a vocation à traverser les âges… Nous créons davantage pour nos enfants que pour nous, et les inclure dès leur plus jeune âge dans le processus de création les sensibiliserait davantage à l’écologie et au respect de la Nature. Un humain qui a été sensibilisé dès son plus jeune âge à l’écologie deviendra un adulte conscient qui œuvrera pour la préservation de notre planète en toute connaissance de cause.  Il fera le choix de la préserver parce par amour et non par culpabilité.

Cliquez sur ce lien pour découvrir plus en détail le « Monde merveilleux des Florafées »  et son auteur H.F Diané

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s